II Acte

II Acte: Le Désir

Que veut-on, quand on veut un corps, que veut-on, dans l’altérité qui n’existe pas? Le désir habite une terre où vivent les fantômes, dans les méandres de l’érotisme aux limites de l’animal et de l’enfant. L’objet du désir est présent et absent dans l’expérience vertigineuse du double. Et c’est un désir sans réalisation, un aimant impossible d’une rencontre qui ne se résout jamais. Dans le violet sauvage, vibre encore une inquiétude de ces deux solitudes qui se consolent dans une adolescence sans âge. Il existe une ivresse qui rend visibles des choses très intimes et interdites, dans une exposition radicale de l’intimité qui ne connaît pas la honte. Mais ce n’est pas simplement une rébellion à la pudeur, mais un enchantement organisé dans lequel les corps sont dilatés dans l’espace et ne perçoivent pas comme définitifs les frontières entre l’intérieur et l’extérieur: l’intime et le public, la pulsion et la scène, l’intérieur et l’extérieur, finissent par coïncider parfaitement, à la poursuite d’une hystérie mystérieuse et désinvolte.

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH